UA-16142168-1
Rencontre avec PSM

Rencontre avec PSM

Le congrès PSM accomplit en 2016 plus de 16 années d’existence. Nous souhaitons à cette occasion organiser un évènement à l’image des ...

Read More

Attentats de Bruxelles du 22 Mars

Attentats de Bruxelles du 22 Mars

Participation et Spiritualité Musulmanes condamne avec force les violences perpétrées mardi 22 mars en Belgique dans l’aéroport de Zaventem et ...

Read More

Rencontre avec les converties

Rencontre avec les converties

Écrit par Khadija Ahouzi C’est dans une petite ville du Nord de la France qu’eut lieu une rencontre riche en émotions. ...

Read More

Le temps, une question de vie et de mort

Le temps, une question de vie et de mort

A chaque culture, son calendrier. Parmi les calendriers notables, il y a le calendrier julien, grégorien, hébraïque, musulman, chinois, etc ...

Read More

François Burgat : “Un bon musulman pour les français c’est un musulman qui n’est plus musulman”

François Burgat : “Un bon musulman pour les français c’est un musulman qui n’est plus musulman”

François Burgat, politologue, directeur de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), était ...

Read More

François Burgat : “Un bon musulman pour les français c’est un musulman qui n’est plus musulman”

Post image for François Burgat : “Un bon musulman pour les français c’est un musulman qui n’est plus musulman”

January 16, 2016 · 0 comments

François Burgat, politologue, directeur de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), était reçu le 12 janvier 2016 à l’Assemblée Nationale par des parlementaires lors d’une commission d’enquête sur l’organisation jihadiste “Etat Islamique”.

Loin des “islamologues” faussaires, nouvelle profession en vogue, Burgat pointe la situation délicate dans laquelle se trouve la communauté musulmane. Il évoque notamment l’instrumentalisation de l’islam par les politiques et les médias qui mettent en avant des individus controversés afin de relayer une vision coloniale de l’Islam. Il revient aussi sur l’européocentrisme de la classe politique et des experts français qui refusent de reconnaître les acteurs musulmans à partir du moment où ces derniers tiennent un discours indépendant et cohérent. Il avertit sur une montée de la pression communautaire qui vit de plus en plus mal les injustices notamment lorsqu’elles sont soutenues par des lois islamophobes.

La politique intérieure française se reflète à l’étranger et notamment en Syrie. Idem, la géopolitique occidentale a refusé de soutenir les rebelles syriens jugés trop “radicaux”. Une tentative de récupération politique a été tentée à plusieurs reprises par les occidentaux sans que cela puisse se réaliser étant donné que les favoris, choisis par Washington n’avaient aucun soutien sur le terrain. Aujourd’hui la Syrie et l’Irak sont dans un chaos total et personne ne sait ce qu’il va advenir des différents acteurs sur le terrain.

Une grande partie de la classe politique française continue de voir dans le musulman un indigène qui ne doit aucunement réfléchir par lui même. Un statut inférieur qui permet aux “maîtres” d’imposer un agenda bien précis loin des intérêts de la communauté. Une stratégie mise en échec par une nouvelle génération d’élites musulmanes européennes et orientales instruis qui refuse le dictat de la vision occidentaliste.

source: https://www.youtube.com/

    Previous post:

    Next post: